En Guinée Equatoriale, la BGFIBank a été la première banque à offrir des services de monnaie électronique aux populations

17/04/2019

Dans sa présentation de l’activité de paiement par monnaie électronique dans la CEMAC au cours de l’année 2018, la BEAC est également revenue sur l’œuvre accomplie par les banques de la sous-région, pour l’implémentation de ce dispositif.

Dans son rapport, la Banque centrale indique qu’’au 31 décembre 2018, 21 banques étaient autorisées à exercer l’activité d’émission de monnaie électronique dans la zone.

Mais 19 banques exerçaient effectivement l’activité, proposant 22 services de monnaie électronique à travers la CEMAC, dont 15 de Mobile Money et 7 de cartes prépayées.

Au Cameroun, la Société Générale a redéfini sa stratégie numérique et d’inclusion financière autour d’une application téléchargeable sur Internet et offerte par son partenaire YUP Cameroun (filiale du même groupe).

UBA Cameroun s’est associé à VIETTEL Cameroun pour mettre à la disposition de la population un portemonnaie électronique sous l’appellation commerciale, « POSA ».

En Guinée Equatoriale, la BGFIBank a été la première banque à offrir des services de monnaie électronique via le Mobile Money aux populations, à travers une application téléchargeable sur Internet.

Au cours de la période sous-revue, on dénombrait 53 303 distributeurs de service de monnaie électronique à travers la sous-région, contre 39 731 à la fin de l’année 2017.

En 2018, le nombre de transactions financières en monnaie électronique s’est élevée à 572 millions contre 303 millions au cours de l’année 2017, traduisant la forte progression de cette activité dans la sous-région dont 99% est issue du Mobile Money.

Toutefois, ces tendances marquent une très grande disparité entre les pays. En Guinée Equatoriale l’activité de la seule banque autorisée (BGFIBank) est très récente pour être prise en compte.

En RCA, même si on observe une augmentation significative en 2018, l’activité tarde encore à prendre son envol depuis le lancement du service Orange Money en 2016.

L’évolution de l’encours de monnaie électronique, c’est-à-dire, les sommes détenues par les utilisateurs (porteurs et distributeurs) dans les porte-monnaies électroniques, au 31 décembre de chaque année, démontre la confiance grandissante des populations envers ce moyen de paiement

Alexandre Le-grand

source : Conjoncture Economique

Partager sur

Catégories

Archives