Cameroun : un nouveau directeur général pour la BGFIBank

20/08/2019

Le Conseil d’administration du Groupe BGFIBank vient de nommer Abakal Mahamat Directeur générale de la filiale camerounaise de cette holding financière.

 

À partir du 1er octobre prochain, une ère nouvelle se lèvera dans cette institution bancaire, puisqu’à Abakal Mahamat prendra ses fonctions à la tête de BGFIBank en remplacement de Loukoumanou Waidi, muté au Gabon. Une arrivée en duo, puisqu’au même moment, le nouveau directeur général Hyacinthe Opira Ongala prendra également ses fonctions, conformément à l’acte de nomination publié le 13 août 2019 par le Président Directeur Général du Groupe BGFIBank, Henri Claude Oyima.

 

Entre autres missions, la nouvelle équipe devra insuffler un nouveau dynamisme dans la maison dans un contexte de positionnement affirmé par l’entreprise, dont le capital social qui est passé de 10 milliards de FCFA à 20 milliards de FCFA cet exercice lève un pan de voile sur les ambitions de cette banque.

D’après des analystes, dans un contexte où BGFIBank a annoncé son implication au financement des projets structurants au Cameroun, l’arrivée des nouveaux dirigeants apparaît comme un atout, en ce sens que le directeur général connaît bien la maison, pour avoir occupé diverses responsabilités, dont la dernière en date était celle de directeur général adjoint.

 

Âgé de 38 ans dont près d’une dizaine d’années au sein de ce groupe bancaire, Abakal Mahamat est titulaire d’une Maîtrise en sciences économiques et d’une Licence en économie monétaire et bancaire. Entre autres fonctions assumées, il y a celles de Chargé de clientèle Directeur du Réseau et Chef d’agence.

 

Au demeurant, il lui reviendra de diriger cette entreprise conformément aux dispositions en vigueur, question d’éviter la colère de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC) qui a multiplié ces derniers temps, des sanctions à l’encontre des dirigeants des banques et des institutions bancaires de la sous région notamment pour non-respect des normes prudentielles et violation de la réglementation sur le change.

Source : financialafrik.com

Partager sur

Catégories

Archives