2000-2001
Les Premiers développements à l’International sous l’appellation BGFIBANK

L’héritage de Paribas, c’est aussi une culture du développement international et le savoir-faire acquis auprès de personnalités telles Claude de KEMOULARIA et Francis Gérard CAZE :  la banque doit être présente dans les pays riches en matières premières et principalement dans les pays pétroliers. Dès l’instant où BGFIBANK s’était assuré une part significative de son marché domestique, le Gabon, les regards de la direction générale appuyée par le conseil d’administration et les actionnaires se sont tournés vers l’international.

LE CONGO

Le premier pays identifié, producteur de pétrole, proche culturellement et géographiquement, est le Congo voisin. De plus, le pays, à peine sorti de la guerre civile, doit reconstruire non seulement son économie mais également son système bancaire.

Une banque fonctionne encore correctement au Congo : la FIBA (Banque française intercontinentale), une banque du groupe Elf, présente en France, au Gabon et au Congo. Début 2000, les autorités bancaires françaises exigent la fermeture de la FIBA, dans le cadre de la fusion d’Elf avec Total, mais également suite aux affaires judiciaires qui avaient entaché la gestion d’Elf Aquitaine à la fin des années ’90.

Le 31 mars 2000, la FIBA doit fermer au Congo. Ce fait précipite l’ouverture de BGFIBANK à Brazzaville. La banque, qui avait demandé un agrément quelques mois auparavant, répond également à une demande expresse des autorités congolaises qui veulent disposer sur leur territoire d’un organisme financier de qualité dès le 1er avril 2000.

Groupe BGFIBank, 40 ans d'Histoire
Groupe BGFIBank, 40 ans d'Histoire
BGFIBank Congo occupe depuis sa création l’ancien siège de la FIBA. Bâtiment discret et sympathique, cette ancienne villa n’off re plus la surface voulue pour un siège de banque moderne et en expansion. La banque fera construire sous peu un bâtiment au cœur de Brazzaville, parfaitement adapté aux exigences d’une clientèle privée et d’entreprises de haute qualité.
Groupe BGFIBank, 40 ans d'Histoire
A Pointe-Noire, la « vieille » villa de 2001 (ci-dessus) fait désormais place à un bâtiment agrandi, moderne et accueillant (photo de droite).
Groupe BGFIBank, 40 ans d'Histoire
Groupe BGFIBank

«  Mais, précise Alain MABIALA MOUSSIROU en charge à l’époque du projet Congo, BGFIBANK ne reprend pas la FIBA contrairement aux rumeurs qui ont circulé. Elle occupe simplement le bâtiment qui aujourd’hui encore abrite le siège de la banque à Brazzaville. Par contre, un accord commercial est signé avec les dirigeants de la FIBA par lequel BGFIBANK sera présentée aux clients, avec faculté pour ceux qui le souhaiteraient d’y transférer leurs comptes. »

Quatre-vingts pour cent de la clientèle de la FIBA rejoignent BGFIBANK Congo. A ce démarrage rapide s’ajoute la qualité de service qui faisait déjà la réputation de BGFIBANK au Gabon. Résultat : le succès est au rendez-vous et, dès le premier exercice, la banque est bénéficiaire. Elle s’impose ensuite rapidement comme leader du secteur bancaire congolais, leadership qu’elle assume toujours en 2010, année de son dixième anniversaire, dans un secteur bancaire qui a retrouvé vigueur.

Un an après Brazzaville, BGFIBANK ouvre à Pointe-Noire. Ce poumon économique du Congo avait été peu touché par la guerre ; les activités pétrolières et portuaires reprenaient à un rythme accéléré.

Eric GUYON, directeur général adjoint, s’installe à Pointe-Noire en mars 2001. « J’ai rapidement pu générer des aff aires avec les grands groupes internationaux présents à Pointe-Noire. Certains nous connaissaient déjà par leur présence au Gabon et, comme le secteur bancaire en reconstruction n’était pas encore à même d’offrir une qualité de service suffisante, nous avons rapidement acquis la confi ance d’une grande clientèle. »

« BGFIBANK a certes pris un risque ‘pays’ en 2000, mais c’était un choix mesuré, pris en parfaite connaissance de cause… un bon choix stratégique » précise Alain MABIALA MOUSSIROU.

Le développement de BGFIBANK Congo est fulgurant. De 2001 à fin 2009, le total de bilan est multiplié par plus de dix, passant de 24  milliards de francs CFA à 265  milliards. Le bénéfice net passe quant à lui de 663 millions à 7,5 milliards après une pointe à 9,5 milliards en 2008.

Le développement économique du pays n’est bien entendu pas étranger à de tels résultats, comme le précise Narcisse OBIANG  ONDO, directeur général : « En 2005, les prêts du secteur bancaire à  l ’économie s’élevaient à environ 80  milliards de francs CFA. Cinq ans plus tard, ils atteignent quelque 300 milliards… dont 80 milliards pour la seule BGFIBank. C’est dire la montée en puissance de la banque dans une économie en forte accélération. »

Groupe BGFIBank, 40 ans d'Histoire
Groupe BGFIBank, 40 ans d'Histoire
Groupe BGFIBank, 40 ans d'Histoire

LA GUINÉE ÉQUATORIALE

Pointe-Noire à peine ouvert, BGFIBANK concrétise un autre projet en inaugurant, le 18 juin 2001, le siège de Malabo de BGFIBANK Guinée équatoriale.

«  C’était un pari risqué, relève Alain MABIALA MOUSSIROU en charge de l’analyse de marché dès 1999. A l’époque l’activité économique était très faible dans ce pays qui ne comptait que 450.000 habitants. Seule l ’exploitation pétrolière qui en était à ses débuts laissait entrevoir un avenir prometteur. »

Les premières années de la banque sont diffi ciles au cœur d’un tissus économique qui en est à ses balbutiements et fonctionne alors sans cadre réglementaire formel. Dans ce contexte, la banque peine à prendre ses marques et, quatre ans plus tard, le portefeuille des crédits souffre de trop nombreux contentieux. A cela s’ajoutent quelques soucis de gestion et de gouvernance qui incitent la maison mère à organiser en 2005 un audit approfondi de sa filiale.

Trois mois plus tard, c’est en connaissance de cause que le conseil d’administration de la maison mère au Gabon est placé face à un choix : soit fermer purement et simplement la filiale et apurer les pertes, soit assainir le bilan en profondeur et donner à la filiale de nouveaux moyens humains et financiers pour remplir la mission qui était la sienne.

Cette dernière option est retenue et c’est le directeur financier du groupe, Serge MICKOTO, qui devient directeur général de la filiale équato-guinéenne, soutenu par une équipe managériale recomposée.

Cinq ans plus tard, en février 2010, mission d’assainissement accomplie, Serge MICKOTO passera le relais à Christophe MOUNGUENGUI, un « commercial » ayant démontré son savoirfaire au sein du groupe depuis 1997. Entre-temps, la banque avait connu un nouveau déploiement, entre autres avec l’ouverture de l’agence de Bata en avril 2006, et le déploiement de la monétique, une première en Guinée équatoriale.

Le pari risqué de 2001 rencontre le succès dans un pays qui produit 350.000 barils de pétrole brut par jour et dispose d’importantes réserves de gaz. Grâce à quoi, au cours de ces dix dernières années, la Guinée équatoriale a bénéficié d’une croissance exponentielle ; des investissements colossaux ont été réalisés en infrastructures routières et portuaires, sociales, hospitalières et scolaires, ainsi que dans les BTP avec les constructions ex nihilo de villes et cités administratives comme Malabo 2 ou Bata 2.

ET PENDANT CE TEMPS AU GABON…

En mars 2001, BGFIBANK signe un partenariat avec Western Union International et crée le réseau d’agences Western Union BGFIBANK qui deviendra rapidement le plus dense et le plus rentable du Gabon. Ce partenariat s’étendra à BGFIBANK Congo en 2003 et à BGFIBANK Guinée équatoriale en 2008.

En novembre 2001, le conseil d’administration approuve une augmentation de capital dans le but d’accompagner le développement national et international et de renforcer la bonne tenue des règles usuelles de la profession relatives aux coefficients de fonds propres et de solvabilité.

Le 24 novembre de la même année, BGFIBANK inaugure l’agence bancaire de Moanda, ville située dans la province du Haut-Ogooué, au sud-est du Gabon. Cette ville minière d’environ 30.000 habitants est la capitale du manganèse dont l’extraction et le traitement par COMILOG constituent la principale activité de la région.

Fin 2001, le Groupe BGFIBANK affi che un résultat net part du groupe de 8,6 milliards de francs CFA (soit EUR 13 millions). BGFIBANK a trente ans… L’avenir s’annonce sous d’heureux auspices !

Groupe BGFIBank, 40 ans d'Histoire